Suivez-nous

Foot

Mondial 2022 : Erling Haaland et les norvégiens dénoncent la situation au Qatar

Haaland et ses coéquipiers ont porté avant leur match de qualifications à la Coupe du Monde un tee-shirt dénonçant la situation au Qatar.

Publié

le

Photo: Google images

Haaland et ses coéquipiers ont porté avant leur match de qualifications à la Coupe du Monde un tee-shirt dénonçant la situation au Qatar.

La Coupe du Monde 2022 au Qatar n’a pas fini de faire parler. Dernier fait en date : Erling Haaland et ses coéquipiers ont porté un tee-shirt « Droits humains, sur et en dehors du terrain » pendant leur hymne national avant leur match de qualification contre Gibraltar (remporté 3-0).

Un message qui visait clairement le Qatar, pays hôte du Mondial 2022, où selon le Guardian, plus de 6500 travailleurs migrants sont déjà décédés sur les chantiers de la Coupe du Monde. Une initiative qui fait suite aussi à l‘appel au boycott lancé par les supporters norvégiens et repris par plusieurs clubs pro du pays. Martin Odegaard, le capitaine, assume : « De très nombreux joueurs s’en soucient et souhaitent faire quelque chose pour tenter de contribuer d’une bonne manière. »

A voir maintenant si cette action en appellera d’autres. De la Norvège et/ou d’autres pays.

Continuer la lecture
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Foot

Transferts : c’est fait pour Sergio Ramos au PSG

Un accord entre le PSG et Sergio Ramos a été trouvé. Le défenseur de 35 ans était en fin de contrat au Real Madrid. La durée de son contrat n’est pas connue.

Publié

le

Par

Photo montage : Google images

Un accord entre le PSG et Sergio Ramos a été trouvé. Le défenseur de 35 ans était en fin de contrat au Real Madrid. La durée de son contrat n’est pas connue.

Le PSG et Sergio Ramos sont parvenus à un accord ces dernières heures. L’ancien capitaine du Real Madrid, âgé de 35 ans, s’il satisfait à la visite médicale qui pourrait avoir lieu ce mardi, sera un joueur du PSG.

Paris s’attache les services d’un défenseur très expérimenté, au palmarès impressionnant aussi bien en sélection qu’en club, et avec une soif de gagner qui ne s’est jamais démentie. Seul bémol, Ramos a connu plusieurs pépins physiques la saison passée. Aux côtés de Marquinhos et Kimpembe, le PSG recrute un troisième défenseur central de haut niveau, ce qui devrait pousser vers la sortie Abdou Diallo ou Thilo Kehrer.

Continuer la lecture

Foot

Pour ou contre la Super League européenne ?

Annoncé par douze grands clubs à la veille de la réforme de la Ligue des champions de l’UEFA, le projet de championnat transnational semi-fermé bafoue l’idée d’un sport «à l’européenne».

Publié

le

Par

Photo: Google images

Annoncé par douze grands clubs à la veille de la réforme de la Ligue des champions de l’UEFA, le projet de championnat transnational semi-fermé bafoue l’idée d’un sport «à l’européenne» et ulcère, des instances officielles aux associations de supporters

L’histoire d’une ligue de football fermée réunissant les meilleures équipes européennes fut longtemps celle d’une menace. Durant des décennies, les clubs riches l’ont brandie pour parvenir à leurs fins. Si les instances ne devaient pas servir leurs intérêts, alors ils s’en iraient créer leur compétition parallèle avec leurs audiences (les plus grandes), leurs supporters (les plus nombreux) et bien sûr leurs joueurs (les meilleurs).

Voilà quelques mois que la menace est de nouveau agitée en vue de la réforme de la Ligue des champions. Mais celle-ci a été adoptée par l’UEFA sans satisfaire aux exigences de certaines grandes maisons du football continental. Alors elles ont mis la menace à exécution.

Dimanche soir, douze clubs ont annoncé le lancement de la «European Super League», compétition semi-fermée qui mettra chaque année aux prises ses quinze membres fondateurs (dont trois restent à trouver) et cinq équipes qualifiées ou invitées, selon un modus operandi qui n’a pas été dévoilé. Le projet est très concret: la société mère a été créée, le financement de 4 milliards d’euros est assuré par la banque d’affaires JP Morgan et le coup d’envoi est prévu «dès que possible».

Sont à ce stade impliqués six clubs anglais (Arsenal, Chelsea, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Tottenham), trois italiens (AC Milan, Inter Milan, Juventus) et trois espagnols (Atlético Madrid, Barcelone, Real Madrid). Tous alléchés par la perspective d’engranger 400 millions d’euros chacun chaque année, soit environ quatre fois les gains d’un vainqueur de la Ligue des champions.

Le sport «à l’européenne»

C’est bien cette compétition que la Super League, appelée à se dérouler en semaine, concurrencera en premier lieu. En la privant d’une bonne partie de ses meilleures équipes, elle remettra en cause l’attractivité sportive et commerciale de la «C1». Mais en se barricadant dans une compétition semi-fermée, ses promoteurs bafouent surtout une certaine idée du sport «à l’européenne», où le spectacle et le business n’ont pas eu raison des principes de qualification, de promotion, de relégation. Où le club riche peut à l’occasion être absent de la scène continentale. Où le champion du petit pays peut parfois s’inviter.

Cela fait belle lurette que le football continental a été redéfini par les rapports de force économiques. Actuellement, l’Espagne, l’Angleterre, l’Italie et l’Allemagne qualifient directement quatre équipes pour la phase de poules de la Ligue des champions alors que les champions de nombreuses ligues doivent en passer par plusieurs tours de barrage. Mais le chemin existe, et cela fait toute la différence avec le projet de Super League, qui promet de figer un ordre établi… autant que sportivement contestable. La dernière participation de l’AC Milan à la C1 remonte par exemple à la saison 2013-2014.

Des supporters aux politiques

Hormis dans les communiqués extatiques du «club des 12», le projet fait ainsi l’unanimité contre lui. «Je suis tombé amoureux du football populaire, avec le rêve de voir l’équipe de mon cœur se mesurer aux meilleurs. Si cette Super League voit le jour, ce rêve est terminé», écrit ainsi le milieu de terrain du PSG Ander Herrera sur Twitter.

De nombreux autres joueurs et anciennes gloires ont joint leur voix à la sienne. Sir Alex Ferguson, peu coutumier des petites phrases, a déclaré à Reuters que «parler d’une Super League, c’est s’éloigner de 70 ans de football de club européen». Les associations de supporters, même celles des clubs impliqués, sont au diapason.

Pour mesurer la portée de ce qui se joue, il faut ajouter les inquiétudes émanant du monde politique, de l’Elysée au premier ministre britannique, Boris Johnson, en passant par le gouvernement espagnol. Lundi, le haut responsable grec de l’UE, Margaritis Schinas, a également jugé le projet contraire aux valeurs européennes de diversité et d’inclusion.

Mais pour les promoteurs de la Super League, les critiques les plus sérieuses restent celles du milieu. Il y a d’abord tous les clubs qui auraient pu souhaiter, sinon revendiquer, une place dans l’aventure mais se sont abstenus: le PSG, le Borussia Dortmund, Porto, le RB Leipzig…

Bataille juridique

Président du Bayern Munich, troisième club du monde par ses recettes, Karl-Heiz Rummenige a vigoureusement pris ses distances avec l’entreprise en plaidant le raisonnable: «Je ne crois pas que la Super League va résoudre les problèmes financiers causés par la pandémie. Tous les clubs européens devraient plutôt travailler de manière solidaire pour s’assurer que leurs coûts structurels soient ramenés au niveau des revenus, de manière à rendre le football européen plus rationnel.»

Et puis il y a les instances officielles, qui font front commun derrière l’UEFA, dont le président slovène, Aleksander Ceferin, a déclaré lundi que la création de la compétition semi-fermée était «une proposition honteuse» de clubs «guidés par l’avidité». Pire: «Un crachat au visage de tous les amoureux du football».

Au-delà des mots, la bataille s’annonce surtout juridique. Dès dimanche, l’UEFA et les ligues concernées ont annoncé leur intention d’exclure les clubs participant à la Super League de toutes les compétitions nationales et internationales, et même d’empêcher leurs joueurs d’évoluer en sélection (et donc de participer à l’Euro ou à la Coupe du monde entre autres). Mesures «illégales», rétorquent les intéressés, qui entendent continuer à disputer leurs championnats respectifs. Ils ont d’ores et déjà annoncé la mise en œuvre d’«actions protectrices».

Quels stigmates leur acte de sécession laissera-t-il au football européen? Dans les colonnes de L’Equipe, initiateur de la Coupe d’Europe dans les années 50, Vincent Duluc prévient: «S’ils vont au bout de leur projet, on ne leur pardonnera pas. Et s’ils renoncent, non plus.»

Continuer la lecture

Foot

Thierry Henry quitte les réseaux pour dénoncer le manque de mesures face au racisme

Thierry Henry ne sera plus sur les réseaux pour dénoncer le laxisme face au racisme.

Publié

le

Par

Photo: Google images

Thierry Henry ne sera plus sur les réseaux pour dénoncer le laxisme face au racisme.

Une décision qui risque de faire parler. Thierry Henry, l’ancien attaquant légende d’Arsenal et de l’équipe de France, a annoncé dans un communiqué quitter les réseaux sociaux pour protester contre le laxisme face au racisme.

Dès demain matin, je me retirerais des réseaux sociaux jusqu’à ce que les personnes au pouvoir soient en mesure de règlementer leurs plates-formes avec la même vigueur et la même férocité que pour l’atteinte aux droits d’auteurLe volume considérable de racisme, de harcèlement et de torture mentale est trop toxique pour être ignoré. Il FAUT prendre ses responsabilités. Il est bien trop facile de créer un compte et l’utiliser anonymement pour harceler, sans en payer les conséquences.

Thierry Henry en février 2020 - (photo : Icon Sportswire)
Thierry Henry en février 2020 – (photo : Icon Sportswire) ©Getty

SPORTFOOTBALL

Thierry Henry quitte les réseaux pour dénoncer le manque de mesures face au racisme

Thierry Henry ne sera plus sur les réseaux pour dénoncer le laxisme face au racisme.

Ven. 26 Mars 2021 par Greg Godefroy

Une décision qui risque de faire parler. Thierry Henry, l’ancien attaquant légende d’Arsenal et de l’équipe de France, a annoncé dans un communiqué quitter les réseaux sociaux pour protester contre le laxisme face au racisme.

Dès demain matin, je me retirerais des réseaux sociaux jusqu’à ce que les personnes au pouvoir soient en mesure de règlementer leurs plates-formes avec la même vigueur et la même férocité que pour l’atteinte aux droits d’auteurLe volume considérable de racisme, de harcèlement et de torture mentale est trop toxique pour être ignoré. Il FAUT prendre ses responsabilités. Il est bien trop facile de créer un compte et l’utiliser anonymement pour harceler, sans en payer les conséquences.

Hi Guys

From tomorrow morning I will be removing myself from social media until the people in power are able to regulate their platforms with the same vigour and ferocity that they currently do when you infringe copyright…. pic.twitter.com/gXSObqo4xg— Thierry Henry (@ThierryHenry) March 26, 2021

Une décision radicale qui on l’espère aura un impact.

Continuer la lecture

Tendance